🇫🇷 Français · Biographie

Raisuli Oimar Tancredi Valvo

artiste

BIOGRAPHIE

Raisuli Oimar Tancredi Valvo est nĂ© Ă  Rome en 1980 de parents architectes et professeurs d’histoire de l’art. Dès son plus jeune âge, il montre une forte propension pour les disciplines littĂ©raires, picturales et musicales. Jusqu’en 1993, il vit en Italie entreprenant l’Ă©tude du latin et du grec ancien au lycĂ©e classique. En 1994, il vit pour une courte pĂ©riode en Afrique centrale oĂą il est invitĂ© Ă  la rĂ©sidence de l’ambassade d’Italie Ă  Conakry (GuinĂ©e) visitant Ă©galement la Sierra Leone. Il est particulièrement frappĂ© par cette expĂ©rience pour l’extrĂŞme pauvretĂ© de la population locale, pour la pĂ©nurie de moyens de subsistance, pour le risque sanitaire et pour l’instabilitĂ© politique gĂ©nĂ©rale du pays qui le voit sujet Ă  de nombreux troubles civils dus aux affrontements entre les gouvernement et des gangs de guĂ©rilleros antigouvernementaux. Peu de temps après son retour en Italie, l’ambassade elle-mĂŞme sera en fait dĂ©finitivement fermĂ©e en raison du risque de sĂ©curitĂ© excessif et rĂ©-inaugurĂ©e seulement en 2018. En 1998, il termine ses Ă©tudes classiques premier du classement de son lycĂ©e et avec les meilleures notes et distinctions. La mĂŞme annĂ©e, il sera rĂ©compensĂ© pour ce rĂ©sultat par une plaque confĂ©rĂ©e par le prĂ©sident de la RĂ©publique italienne de l’Ă©poque Carlo Azeglio Ciampi et par le maire de la capitale de l’Ă©poque Francesco Rutelli. En 1999, il est admis premier du classement au plus important conservatoire de musique de Rome: l’AcadĂ©mie Nationale de Musique de Santa Cecilia, oĂą il Ă©tudie la composition musicale expĂ©rimentale et compose des Ĺ“uvres musicales interprĂ©tĂ©es avec orchestre. La mĂŞme annĂ©e, il commence ses Ă©tudes universitaires. Cette date marque cependant le dĂ©but d’une pĂ©riode assez agitĂ©e. En fait, bien qu’il ait Ă©tĂ© admis Ă  la FacultĂ© d’art, de musique et des arts du spectacle de Rome et qu’il ait rĂ©ussi les examens avec toutes les notes, il dĂ©cide de se dĂ©tacher des cours universitaires. Déçu par le contexte acadĂ©mique et par des mĂ©thodologies d’enseignement qu’il perçoit comme complètement sĂ©parĂ©es du monde authentique de l’art, il oppose un refus clair au contenu acadĂ©mique vide en entamant un parcours de formation indĂ©pendant. En 2007, il dĂ©cide de dĂ©mĂ©nager Ă  Taipei (TaĂŻwan) oĂą il restera jusqu’en 2009. Il y approfondit sa connaissance de la culture asiatique et de l’art oriental. En 2010, grâce Ă  ses nombreuses expĂ©riences, il est appelĂ© Ă  travailler sur l’Ensemble Monumental du Vittoriano – Altare della Patria (Rome), le monument le plus important d’Italie, symbole de l’unitĂ© nationale et site institutionnel. Ici, il a travaillĂ© jusqu’en 2015 Ă  l’organisation de plus de trente-six expositions d’art majeures organisĂ©es sous le Patronage du PrĂ©sident de la RĂ©publique Italienne, dont Vincent van Gogh (8 octobre 2010 – 6 fĂ©vrier 2011), Salvator DalĂ­ (9 mars 2012 – 1er juillet 2012), Tamara de Lempicka ( 11 mars 2011 – 10 juillet 2011), Renato Guttuso (12 octobre 2012 – 10 fĂ©vrier 2013) et Piet Mondrian (8 octobre 2011 – 29 janvier 2012). Ces aspects, ainsi que les expĂ©riences antĂ©rieures de la vie en Afrique centrale et en ExtrĂŞme-Orient, auront naturellement une forte influence sur sa production artistique littĂ©raire, musicale et picturale. A partir de 2016, il intensifie sa production picturale et symphonique (une production constamment active depuis 2004) en crĂ©ant un atelier et un studio d’enregistrement. En 2018, il publie l’album de musique Prelude. En 2021, il publie l’essai Le mouvement des papillons, un texte philosophique aux implications fortement politiques dans lequel il bouleverse tous les concepts de base de la vie quotidienne au niveau mondial et analyse en dĂ©tail le thème du contact avec des sociĂ©tĂ©s plus avancĂ©es. La mĂŞme annĂ©e, il publie Ă©galement le livre d’art From Aeshma Daeva to Kathrina – Portrait of an artist in 21 paintings, une analyse critique-stylistique portant sur une sĂ©lection de ses premières Ĺ“uvres picturales. Ces publications sont suivies en 2022 par le roman YĹŤko · Inondation d’une rivière orageuse. Il est actuellement actif dans la production picturale dans son atelier Ă  Rome.

STYLE PICTURAL

Valvo est le prĂ©curseur et le porte-parole d’un courant dĂ©fini par l’artiste lui-mĂŞme comme le Reconstructivisme. Cette conception picturale est nĂ©e en rĂ©action aux dĂ©rives gĂ©nĂ©riquement abstraites de type contemporain, les opposant de manière organique et chronologiquement consĂ©quente. Le concept reconstructiviste affirme qu’actuellement la figure, en tant que prĂ©sente dans la nature, ne reprĂ©sente plus un substrat rĂ©el dont on fait simplement abstraction mais un Ă©lĂ©ment proche de l’abandon le plus complet. Une figure dĂ©sormais “dĂ©sintĂ©grĂ©e”, “molĂ©cularisĂ©e”, “atomisĂ©e”, “l’ombre d’elle-mĂŞme”. Partant de cette prise de conscience, le reconstructivisme souligne la nĂ©cessitĂ© profonde d’une rĂ©cupĂ©ration progressive de la figure elle-mĂŞme non par une simple relĂ©gation Ă  un figurativisme stĂ©rile et aride mais, au contraire, par un effort intellectuel colossal visant Ă  reconstituer le Ă©lĂ©ment figuratif ainsi que livrĂ© et hĂ©ritĂ© de l’histoire. “Il n’est pas possible d’ignorer le poids du passĂ©. De mĂŞme, l’expression picturale est un flux qui jaillit de l’intĂ©rieur. NĂ©anmoins il n’est pas possible de s’abstraire de rien mais seulement de la rĂ©alitĂ©, de la nature, puisque c’est d’elle que s’acquiert d’abord l’expĂ©rience visuelle originelle qui ouvre le processus Ă  toute Ă©laboration interne inconsciente.” L’action reconstructiviste se projette donc vers l’avant, ressent le risque imminent d’un anĂ©antissement expressif et affirme haut et fort la nĂ©cessitĂ© de reconstruire de manière cohĂ©rente un contact indispensable avec le contexte rĂ©el, un pont entre soi et la nature. “Nous ne sommes pas des pixels, des points ou des sphères lumineuses mais des Ă©lĂ©ments physiques appartenant Ă  un ensemble bio-fonctionnel et concret. Il faut absolument ne pas cĂ©der Ă  la tentation de rĂ©duire la reprĂ©sentation Ă  un Ă©cho vide et dĂ©solĂ© du monde technologique moderne et de ses modes. Au contraire, il convient de reconstruire et de rassembler les fondements de l’expĂ©rience visuelle rĂ©elle comme source irremplaçable de toute Ă©laboration et construction intime. Une telle action est la conditio sine qua non (condition indispensable) qui ouvre la voie Ă  tout type de prochaine Ă©tape nĂ©cessaire pour aller plus loin.”